Mon gros kiffe dans ce blog, c'est d'aller me salir les pompes pour trouver un lieu où prendre les photos de look.
C'est toujours quelque chose que j'aime, que cela vienne de moi ou de la personne qui me prend en photo. Généralement, j'essaie de faire ça avec quelqu'un qui aime la photographie car depuis que j'ai le Leica, je suis un peu devenue monomaniaque et j'ai du mal à le laisser entre les mains de tout le monde. Non pas que je ne fasse pas confiance aux autres, loin de là ! J'aime énormément le faire tester à mes amis et à ceux que ça intrigue pour qu'ils puissent comprendre pourquoi j'ai dépensé une somme pareille dans cet engin.
En fait, c'est surtout parce que depuis que j'ai cet appareil, je m'éclate, je prends des photos tout le temps, je m'essaie à des choses qui ne m'étaient pas possibles avant et de ce fait, je progresse.
Bien sûr, je ne me sens pas encore légitime à dire "oui oui" quand on me pose la question "Tu es photographe ?" (je réponds "pas vraiment") mais je sens que je travaille mieux qu'avant...
Il faut dire que le Leica Q aide beaucoup... Son côté facile à transporter me permet de l'emporter partout où je vais, comme un deuxième sac à main, et de shooter tout ce que je trouve intéressant à shooter.
De ce fait, je ne veux pas que ce soit une personne "qui n'a pas envie" qui me prenne en photo. Sous peine de faire un bon en arrière (putain, je suis devenue snob). En revanche, je suis toujours partante quand un ami me propose de me prendre en photo car il est intrigué par mon appareil.
Là, c'est un grand oui et ça me fait plaisir de passer ce moment avec la personne justement. 
Et si jamais je peux convertir quelqu'un aux joies du Leica, c'est encore mieux (non, je n'ai pas d'action chez eux).


Bon sinon, comme vous pouvez le voir, je suis allée faire ces photos dans un ancien dépôt de trains, non loin de ma ville natale. J'ai dégueulassé mes baskets, failli attraper une pneumonie mais au moins, je ne me suis pas faite attraper par la police (un jour, ma mère ira me rechercher au poste si ça continue).

Encore une fois, je me suis habillée tout en noir et comme un mec... Je ne sais pas ce que j'ai mais j'ai toujours été bipolaire de la fringue : tantôt en mini-jupe ou mini-robe, tantôt en pseudo costume.
Ça tombe bien car "Man", c'est un homme en anglais mais c'est aussi mon surnom (mon diminutif si vous préférez). C'est d'ailleurs très pratique quand je dois parler anglais et me présenter. La plupart des pays anglo-saxons n'arrivent pas à prononcer correctement mon prénom. Je finis toujours par leur dire "Call me Man, like a man". Et jusqu'à maintenant, ça ne m'a pas posé problème.

Ceinture Zara
Montre Hugo Boss


Bisous les chéris, et bon mercredi !

Man(on)