Depuis que je suis passée de "vivre seule" à "vivre à cinq" il y a quelques mois de ça, je me réhabitue à entendre/prononcer des phrases que je n'avais plus du tout dans ma vie depuis que j'étais partie de chez mes parents. Qu'il s'agisse de dire "à taaaaaaable ! Ça fait trois fois qu'on vous l'diiiiiiis !" ou "Je crois qu'il a fait caca...", ça faisait des années que ça ne faisait plus partie de mon quotidien et ça change du célibat.
Certains diront que le fait de ne plus penser qu'à soit est épuisant, un peu relou même et j'aurais tendance à répondre que oui, un peu, mais que ce n'est pas ça qui me dérange et fatigue le plus. Je préfère de loin avoir une maison en bordel et des gens que j'aime autour de moi, qu'un appartement "Pinterest" où il ne se passe rien d'autre qu'une beuverie de temps en temps.
Non, ce qui m'embête un peu, c'est d'avoir le mauvais rôle. Vous savez, celle qui demande de ranger, de ne pas étaler de Nutella sur le canapé, de se laver les mains, de ne pas jouer au ballon dans la maison parce que ça se termine toujours en casse, de faire attention à ça et ça parce que c'est chaud/dangereux/ça coupe.
Mon mec (leur père donc) est hyper présent pour eux, hyper prévoyant et tout ce qu'on peut attendre d'un bon père (qu'il est, incontestablement) MAIS, il a tellement ce côté "amusette" que parfois, j'ai l'impression d'être la relou de service qui passe son temps à dire "non", "attend", "ne fais pas ça" (alors que je passe aussi des bons moments avec eux). Du coup, je m'en veux, je me trouve naze et je fais un peu plus de shopping que de raison...

Bref, quand j'étais petite, c'est mon père qui était comme ça et ma mère qui était plus laxiste et permissive. J'ai longtemps trouvé que ma mère était plus fun, alors qu'elle était juste un peu "démissionnaire" car débordée par son commerce et submergée par quelques problèmes personnels.
En grandissant, j'ai très vite compris que mon père, que je trouvais peut-être un peu moins cool car je devais me coucher plus tôt, ne pas manger dans ma chambre, faire le ménage, l'aider à faire à manger ou ne pas m'empiffrer de biscuits avant de passer à table, était en fait un vrai pilier dans ma vie et un sacré atout dans ma stabilité et ma façon de me comporter en société.
Bien sûr que ma mère y a contribué aussi, mais maintenant que je suis "grande" (beurk), je sais à quel point être ferme peut être utile, à quel point le fait de générer un peu de frustration se transforme en mérite quand on fait des efforts pour avoir ce que l'on veut (plutôt que de tout avoir tout de suite), à quel point avoir l'habitude de faire le ménage/à manger rend les choses plus simple une fois qu'on est adulte (beurk beurk) et à quel point les biscuits sont meilleurs quand on ne les mange pas n'importe quand.

Jean Slim Regular H&M (je vous le recommande !!!)
Boots marbre Carven (similaires ici)
Sac Jane Alexander Wang (en vente en ce moment sur Vestiaire Collective)
Perfecto Schott



Tout ça pour dire que même si ma vie est mille fois mieux que l'an dernier, il m'arrive parfois de me demander à quoi elle va mener (dans le bon sens du terme j'entends), ce qu'on a comme impact sur les autres même quand ce ne sont pas nos enfants, ce qu'on leur apporte et ce qu'ils pensent quand on les contrarie un peu... et puis, quand j'en ai marre de réfléchir, je m'achète un jean qui fait un joli cul parce que merde, je suis adulte et je fais ce que je veux. C'est comme ça que ça marche, non ? ;)

Passez un bon week-end et je vous retrouve dimanche matin pour une recette !

Manon