Je suis réglée depuis le 25 novembre 2001 exactement.

Je m'en rappelle car c'était la Sainte Catherine, la "fête des jeunes filles", et j'étais avec ma mère et ma grand-mère en train de faire du shopping dans un grand centre commercial. Nous sommes rentrées chez ma mère après avoir fait les magasins, j'ai découvert ça quand je suis allée aux toilettes et évidemment, je suis allée le dire, toute contente et toute fière, à ma mère et ma grand-mère. C'était un véritable événement, comme si je grandissais un peu plus et que je me rapprochais de ma vie de femme. J'en étais encore loin mais passons... Toujours est-il que j'ai vite déchanté le lendemain quand c'est devenu plus abondant, moins facile à gérer, très douloureux et qu'il a fallu "dompter" l'usage des protections hygiéniques, éviter de tâcher mes vêtements et mon matelas, aller discrètement aux toilettes du collège car, "on ne sait pas pourquoi mais" ce phénomène naturel qui existe depuis qu'on existe eh bien, "c'est la honte". Bref, ça m'a marquée cette période.
Je pense que de toute façon, beaucoup de filles et de femmes sont marquées par leurs premières règles, pas faciles à appréhender (disons qu'il faut apprendre à connaître son corps, ses réactions, pourquoi il a mal, quelle protection nous convient le mieux, ...).

Moi, ce qui m'a réellement marquée l'an dernier, c'est un chiffre : 45 milliards.
Non, ce ne sont pas mes revenus annuels... Juste le nombre de protections hygiéniques utilisées par an dans le monde.
D'une part, ce sont des déchets non recyclables. A l'échelle des déchets, ça ne représente que 0,5% mais sachant qu'on ne peut pas les revaloriser, et qu'ils mettent 500 ans à se dégrader, c'est déjà trop et ça pollue énormément. En plus de ça, les compositions sont douteuses et irritantes : pas cool pour les muqueuses qui sont de nature très perméables...

Autre chiffre marquant : 2000€.
C'est la somme qu'une femme dépense dans sa vie pour acheter des protections hygiéniques, au minimum. A cela, l'état prend 20% de TVA (au lieu des 5% qu'il devrait prendre car c'est un produit de première nécessité).

Le fait qu'il s'agisse d'un coût non négligeable (et d'une somme très taxée par l'état), d'un déchet non recyclable, d'un produit à la composition douteuse, j'ai eu envie d'essayer les protections hygiéniques lavables et durables et après pas mal de recul, de vous donner mon avis.
Evidemment, je ne juge pas les personnes qui continuent à utiliser les protections hygiéniques jetables. Vous faites ce que vous voulez et vous avez vos raisons personnelles pour justifier vos choix.
J'ai juste envie d'ouvrir les yeux à certaines personnes qui ont envie et qui sont prêtes pour le changement car personnellement, ce sont les blogs qui m'ont motivée à franchir le pas et maintenant, je me demande vraiment pourquoi je ne m'y suis pas mise avant (genre, le 25 novembre 2001 en fait...).

Les serviettes hygiéniques lavables


Les miennes sont des serviettes hygiéniques lavables en coton bio Anaé, format medium (le lien que j'ai mis est le grand) 
Mais voici le lien vers les serviettes hygiéniques bio sur Etsy

C'est mon gros coup de cœur, alors que je m'attendais à une corvée à nettoyer et qu'en réalité, pas du tout !
Je tourne avec 4 serviettes lavables qui m'ont coûté 13,50€ les 2 en Biocoop (donc 27€ au total).
Comme nous vivons à 5, nous sommes obligés de faire des lessives souvent et comme c'est moi qui m'occupe du linge, je peux gérer le lavage de ces serviettes à ma convenance.
D'autant qu'il faut les faire tremper dans un peu d'eau froide avant de les passer en machine (vous pouvez les laver à 30 ou 40°C, c'est suffisant) donc je préfère m'en occuper moi-même (pas envie que mon mec soit obligé de faire ça. Non pas que je trouve ça "sale", "honteux" ou autre, mais ce sont mes affaires ^^).
Les serviettes lavables se gardent 5 à 10 ans selon la matière et leur fréquence d'utilisation. Elles sont recyclables.
Je trouve que c'est plus confortable à porter qu'une serviette hygiénique jetable qui donne l'impression d'avoir une couche en plastique dans la culotte et qui glisse un peu trop facilement, même avec des ailettes... Ici, deux boutons pressions fixent la serviette et ça reste bien en place.
En parallèle, je trouve le pouvoir absorbant supérieur aux serviettes jetables que j'utilisais avant ! Zéro fuite à déclarer.
La composition en coton bio n'est pas agressive pour la peau et les muqueuses, j'en suis bien contente. Ce n'est pas blanchit au chlore, il n'y a pas de métaux lourds ou autres horreurs qui agressent, le film imperméable est compostable. Si j'ai besoin de les transporter ou quand je dois les ranger, je les mets dans un petit pochon en tissu avec mes sous-vêtements, et basta !
En ce qui me concerne, il n'y a que du positif dans cette utilisation.


La coupe menstruelle


Ma coupe menstruelle est une Pharma'Cup (qui coûte dans les 10€ et qu'on peut trouver facilement)

C'est la première protection hygiénique réutilisable que j'ai essayée.
Pour le côté pratique, santé, coût, efficacité : j'en suis hyper satisfaite ! J'arrive à la placer assez facilement (et la cup se place d'elle-même une fois à l'intérieur, à un emplacement plus bas qu'un tampon. Le tout est de l’insérer et il faut la plier : il y a des tutos pour plier la coupe menstruelle sur Internet).
J'opte pour cette protection lorsque j'ai des règles abondantes, que je suis en soirée et que j'ai peu d'opportunités pour changer de protections pendant les 3 ou 4 prochaines heures.
J'ai lu qu'on pouvait garder la coupe menstruelle longtemps, puis j'ai lu le contraire, donc je ne m'aventure pas à la garder plus de 5 à 6h. Je trouve ça plus confortable qu'un tampon (j'avais horreur de ça et ça me gênait quasiment tout le temps, associé à de l'irritation), je peux faire pipi en la portant, sans que ce ne soit problématique, c'est vraiment très pratique.
Mon seul problème : je galère encore un peu quand je l'enlève...
Comme vous pouvez le voir, la coupe menstruelle ressemble à une sorte d'entonnoir dont la tige est bouchée (sinon, aucun intérêt ^^). La tige sert à enlever la coupe mais attention, il ne faut pas uniquement tirer dessus ! Vous devez d'abord appuyer sur la base du réceptacle (voir la photo ci-dessus) pour enlever l'effet "ventouse" qui adhère à vos parois, et pouvoir enlever la coupe sans vous faire mal. Parfois, c'est un peu la galère pour moi d'enlever la coupe menstruelle et c'est vraiment le seul point négatif que je lui trouve. 
Je me rappelle d'une fois où j'étais à la maison avec les enfants, il y avait une coupure de courant dans tout le quartier, je devais finir de me préparer pour une soirée d'anniversaire en attendant que mon mec ne vienne me chercher et j'avais en même temps, ma pote au téléphone qui n'allait pas bien, tout en devant enlever et nettoyer ma coupe. C'était une épreuve de Fort Boyard !
Question entretien, certains disent qu'il faut la faire bouillir en fin de cycle avant de la ranger, d'autres disent qu'un simple nettoyage suffit. Je la nettoie uniquement, avant et après chaque utilisation mais faites comme vous le pensez (il existe même des stérilisateurs de cup chez Monoprix).

Après comparaison, j'ai une préférence pour les serviettes hygiéniques lavables mais la coupe menstruelle me dépanne une à deux fois par cycle. Si vous supporter bien les tampons, que vous n'êtes pas mal à l'aise à la vue du sang, ça vaut le coup de l'essayer. D'autant que maintenant, les coupes menstruelles sont beaucoup moins chères qu'avant. Attention, il existe 2 tailles de cup et vous devez choisir la vôtre en fonction de votre âge et si vous avez déjà accouché ou non. Je vous ai mis les lien vers plusieurs modèles juste en dessous.



Pour conclure, je suis bien contente d'être passée à ce genre de protections hygiéniques réutilisables pour toutes les raisons que je vous explique dans cet article :
- Economique : le coût de ces protections hygiéniques alternatives est amorti en moins d'un an et je peux les garder plusieurs années.
- Écologique : j'ai limité ma production de déchets non recyclable et polluants.
- Sanitaire : le silicone de la coupe menstruelle est médical et ne présente pas de danger pour la santé (des bruits courraient sur les dangers de la coupe à favoriser le SCT mais c'est surtout une mauvaise utilisation des protection intra-utérines qui est en cause d'où le fait qu'il ne faille pas les porter plus de 6h ou les porter la nuit), les serviettes hygiéniques lavables sont réalisées en coton bio sans matières toxiques.

Récemment, j'ai découvert la marque de culottes menstruelles Fempo (même principe que les serviettes hygiéniques lavables... mais en culotte et qui protège 12h). Je ne lis que de bons avis dessus et même si je suis satisfaite par ce que j'utilise et que je n'ai pas envie de réinvestir dans autre chose, je vous donne le lien au cas où ça vous ferait envie :)
Si vous avez des questions, n'hésitez pas !

Bonne journée et à bientôt,

Manon