Le dimanche, c'est un peu ce jour salvateur où il est bon de ne rien faire, sans culpabilité aucune. Mais parfois, c'est aussi un jour angoissant qui annonce l'arrivée du lundi.
Comme en ce moment, tous les jours sont comme des dimanches, il me paraît important de choisir son camp...

Dimanche 29 mars 2020

Avec le changement d'heure, je ne vous raconte pas à quel point je suis déphasée. D'autant qu'en ce moment, je n'ai déjà plus vraiment la notion du temps.
Finalement, j'ai choisi d'être philosophe et de me dire qu'une heure de confinement en moins, c'est toujours ça de pris.

On a fait le dur choix de ne pas prendre de petit déjeuner aujourd'hui. 
Il faut dire qu'on s'est levé après 11h...
On s'est directement attaqué aux lasagnes aux légumes.
Quand Nico m'a demandé comment il pouvait m'aider, je lui ai évidemment fait éplucher et couper les oignons. Non pas que je n'aime pas faire ça, mais mes yeux bleus clairs finissent dans un état lamentable à chaque fois, je pleure "comme vache qui pisse" (comprendra qui pourra) et je termine presque aveugle à me cogner dans les meubles avant de pouvoir atteindre le robinet pour me rincer les yeux.
Donc je me suis épargnée ce moment, me consacrant à couper les poivrons, les aubergines et les gousses d'ail. J'ai profité d'avoir à faire des rondelles d'aubergine pour sortir ma mandoline, cadeau de ma mère il y a près de 10 ans. 
Je m'en étais servie une fois, lorsque je l'ai eu, puis j'ai régulièrement regardé Top Chef, émission où j'ai pu voir de nombreux candidat se trancher (en rondelle) un morceau de doigt lorsqu'ils se servaient de cet instrument.
En grande peureuse, surtout concernant les amputations, j'avais mis la mandoline de côté... Adieu les gratins dauphinois réalisés rapidement.
En la ressortant ce midi, j'ai vu que ma peur était totalement infondée puisque cette mandoline possède une masse de protection que tu places entre ta main et le légume à couper. 
Pour me trancher le doigt, il aurait donc fallu beaucoup de volonté et de maladresse.

La préparation des lasagnes s'est déroulée sans encombre et sans blessé, en plus elles étaient bonnes. C'est parce que je fais tout à mon image... Ah ah, c'est pour rire hein.
D'ailleurs, pour ne pas que vous me preniez pour une prétentieuse égocentrique, je vais vous faire une confidence : je ne me suis pas lavée pendant 2 jours ! Pfffiiou ça fait du bien d'en parler. J'avais TELLEMENT HONTE ! Autant vous dire que la douche était encore meilleure que d'habitude.
En revanche, j'ai fait une erreur aujourd'hui (ce n'est pas vraiment une "erreur" mais un mauvais timing... vous allez comprendre). Depuis plusieurs semaines, je m'étais dit de réécouter un épisode du podcast de Clémentine Galey : "Bliss". C'est une merveilleuse émission qui parle de maternité sous toutes ses formes et d'accouchement, sans filtre, mais toujours avec une grosse dose de bienveillance. C'est le genre d'émission qui fait du bien, qui t'apprend beaucoup de choses et qui a une réelle utilité. Sauf que ce matin, j'ai écouté l'épisode sur l'expérience douloureuse de Manon Lemaure qui a perdu son bébé à 9 mois de grossesse l'an passé. J'avais déjà pas le moral en me levant, ça n'a rien arrangé ! 
Une heure avant, j'avais noyé (sans le vouloir) une fourmi qui était sur le bord de l'évier et j'ai failli pleurer... Bon, je me suis d'abord trouvée ridicule avant de réaliser que j'allais bientôt avoir mes règles et que dans ces cas-là, je suis en totale déprime, capable de pleurer pour rien ou de manger mon poids en double cheese.
J'ai donc entamé ce dimanche avec une petite déprime, avant de me ressaisir et de me dire que si je restais dans ce mood-là, les prochains jours allaient être compliqués. Je me suis habillée, maquillée et j'ai fait les photos de l'article du jour, avant de descendre rejoindre Nico. Ça m'a fait du bien de me préparer.

Pendant qu'il accrochait son nouveau "porte-manteau à casquettes" dans notre couloir tout neuf (et accessoirement, quelques cadres de plus aux murs parce que je cite "il aime bien quand y en a partout"), je me suis remise en cuisine mais cette fois, pour faire des bougies parfumées. La dernière fois, tout s'était bien passé mais je n'avais pas mis assez de senteurs. J'ai fait un deuxième essai et on verra bien. En parlant de parfum, je n'en porte plus depuis le confinement. Moi qui adore ça et qui en porte habituellement tous les jours, je n'explique pas trop pourquoi j'ai arrêté... 
Je vais profiter de cette "pause" pour essayer d'en fabriquer car j'ai acheté tout ce qu'il fallait. 
Je ne vous ai jamais dit mais j'ai un "nez" très développé (oui, dans tous les sens du terme... Merci papa) et je suis très sensible aux parfums. Une fois, j'ai même vomi dans un métro après avoir senti le parfum d'un de mes ex. Pas besoin de vous préciser que je ne portais plus cette personne dans mon cœur hein... Bref, c'est l'occasion pour faire tout ce que je mets de côté par manque de temps habituellement.


Comme les enfants de Nico reviennent demain, nous n'allons pas faire de travaux dans la maison je pense... Je vais en profiter pour continuer le sport le matin,  cuisiner de nouvelles choses ou ce qui prend du temps d'habitude, et à m'occuper l'après-midi avec ce genre d'activités qui me font du bien (des trucs créatifs qui te donnent un peu de fierté et qui te font te sentir utile).

En attendant, je vous laisse car j'ai envie de prendre un goûter, genre un gros hamburger ou une plâtrée de pâtes mais je vais manger une pomme et boire un thé. Qu'il est triste de vieillir et de devoir surveiller sa ligne, son poids et son cholestérol... 

Très bonne soirée à tous ♥

Manon