J'aurais pu mettre "Aujourd'hui, jeudi 19 mars 2020 : RIEN"
Et finalement, non. Je n'ai toujours pas eu envie de ne rien faire.

Jeudi 19 mars 2020

Ce matin, j'ai traîné au lit, comme pour rattraper les mille ans de sommeil en retard, les grasses matinées pas saisies quand il fallait, les réveils en pleine nuit et les "pourquoi je suis allée à l'Eden hier soir ? Maintenant je dois aller bosser avec la gueule de bois..."
Je me suis réveillée avant 9h mais je suis restée couchée jusqu'à 10. Je n'ai pas re dormi, juste profité de ne rien faire, si ce n'est lire des conneries sur mon téléphone, envoyer des messages à Doro et autres amis.
Comme je suis un ventre sur pattes, je descends quand même déjeuner. On en profite pour rigoler avec Nico qui a décidé de passer tout le confinement en jogging & tongs-chaussettes.
Il me dit que comme ça, j'aurais moins de lessives à faire (merci) et qu'en plus, ça lui va très bien les tongs-chaussettes, qu'il est avant-gardiste et que les Sumos portent ça très bien alors pourquoi pas lui ?
Certes...

Après le petit déj, je remonte pour me mettre au lit et lire les articles de Pensées by Caro, conseillés par mon ancienne collègue France hier soir.
En bonne lectrice de blog, je me régale et une phrase ressort particulièrement du reste, je vous la partage ici : "Alors qu’on n’a plus le droit de se voir, je ressens des liens encore plus solides avec mes amis, mais plus largement, mes collègues et même vous, lecteurs et lectrices que je retrouve sur Instagram et peut-être ici. Comme si nous prenions conscience de notre sociabilité viscérale."

C'est vrai que depuis le début du confinement, on a des nouvelles des amis et de la famille (voire même des collègues) tous les jours. Et on s'envoie beaucoup de conneries aussi, comme si on était tous en train de devenir dingue et de tourner en rond comme des animaux en cage (ou alors c'est juste pour détendre l'atmosphère ?) 
Pour ma part, je suis assez casanière, j'adore m'occuper de la maison et faire des activités seule ne me dérange pas. J'ai l'habitude de voir moins souvent mes amis qu'avant donc je ne suis pas trop en manque de "voir des gens", mais je comprends parfaitement que ça puisse manquer terriblement.
Avec Nico, on s'étonne aussi de voir qu'autant de monde picole pour passer le temps. Pourtant, on n'est pas les derniers à lever notre verre mais là, on est un peu sur le cul quand même.
Je dis ça mais je pense que je ne refuserais pas un verre de vin (ou huit) si on me le proposait. Même à midi ? Même à midi... De toute façon, personne ne le verra et je n'aurais pas à conduire donc après tout...

D'ailleurs, aujourd'hui à midi, je n'ai encore rien fait à part : prendre un petit déjeuner, me remettre au lit pour lire, écrire un peu, téléphoner à ma mère, prendre des nouvelles de mon stagiaire qui bosse en télétravail et mettre une lessive en route.

J'ai décidé de suivre les conseils de Nico : "gardes des choses à faire pour les autres jours". Je crois d'ailleurs que lui, il garde tout pour les autres jours vu qu'il s'active au compte-goutte ah ah. J'abuse un peu, il s'occupe de son fils et je le laisse profiter de sa présence. Moi, j'en profite aussi pour passer du temps toute seule et comprendre une chose importante : même si je n'aime pas forcément vivre seule, j'aime faire des activités seule (écrire, lire, créer des choses). Je réalise aussi que je réécoute énormément de musique et que franchement, même si j'écoute quatre fois la même chanson dans la même journée si je veux, j'en (re)découvre aussi plein d'autres.

C'est marrant de voir à quel point ce confinement peut être révélateur sur de nombreux points. Sur la façon dont les gens réagissent, s'ils se plient aux règles, s'ils savent s'occuper, s'ils paniquent, s'ils s'ennuient, ... Voir aussi de qui on reçoit des nouvelles, qui s'inquiète pour nous.
Et aussi, voir les automatismes que l'on a, que l'on prend.
Sans le vouloir, je ne fume pas la journée et je n'ai envie que d'une cigarette le soir après le repas, c'est tout. J'avoue que je ne dirais pas non à un pétard mais ça n'a rien d'indispensable.

Si on vous demande, elle va bien hein...

J'apprends par un texto de mon patron que finalement, je travaille demain. Je vais sortir de chez moi pour la première fois depuis le confinement car il m'a semblé évident de jouer le jeu autant que possible. Ça me motive à aller me laver et à m'habiller, et à faire mon deuxième masque pour le visage en 3 jours. Si ça continue, j'ouvre un institut (le sens de la mesure, toujours...).

En étendant le linge, je reçois une réponse de la sœur de mon père, à qui j'avais demandé si tout allait bien (pour elle, mon autre tante et ma grand-mère que je n'arrivais pas à joindre).
Elle va bien, mais elle est inquiète pour un de nos amis, Directeur d'hôpital qui présente tous les symptômes et qui attend les résultats du test... Là, je commence un peu à être inquiète car ça touche quelqu'un que j'aime et à qui je tiens.
Je vais m'occuper en attendant d'en savoir plus.

On mange, j'appelle mon père, je remonte aussitôt retoucher mes photos pour l'article du jour. Je remarque que j'aime beaucoup le fait de m'imposer un article chaque jour. Pourquoi je ne le fais pas d'habitude ? Ça prend un peu de temps certes, mais quand même...
Plutôt que de me poser des questions stupides ou dont je n'ai pas la réponse, j'entreprends de trier mes sous-vêtements et de les ranger. Je constate que j'ai perdu ma gaine Wacoal. C'est con, elle était incroyablement efficace...


Le mois dernier, j'avais acheté plein de matériel pour faire des bougies et des parfums moi-même. Comme j'ai plein de bocaux à la maison, je me lance dans les bougies homemade (là j'attends qu'elles refroidissent, je vous partagerais la recette si c'est réussi. De toute façon, j'ai que ça à foutre ah ah !).
Pendant ce temps-là, Nico fait du tri dans la cour, il la nettoie et range le gros bac dehors. Il y jette un nombre incalculable de jouets pourris et retrouve 6 paires de palmes, 6 masques et 6 tubas. Comme quoi, c'est pas mal de ranger pour éviter d'acheter en double ou triple exemplaires hein.
Là tout de suite, je plains Marie Kondo de tout mon cœur car elle n'a rien à nettoyer ni à ranger chez elle. Chienne de vie, elle doit bien se faire chier la pauvre !


Hier soir, on a regardé Top Chef pour garder les bonnes habitudes mais je me suis endormie au moment du défi "artichaut-foie gras" (beurk), j'espère que cette soirée sera plus drôle ! Je sens que oui et pour mettre toutes les chances de mon côté, je vais ouvrir une bouteille de vin.
Prenez soin de vous, moi je retourne glander et vous préparer cet article ♥
Je prends beaucoup de plaisir à écrire chaque jour, ça me rappelle les débuts du blog, et des blogs en général. Ce confinement aura au moins eu le mérite de nous refaire écrire sur cette plateforme qui semblait pourtant si obsolète...


Manon