"Dimanche, on fait rien comme des gros manches !" Si ce n'est regarder vers l'avenir en pyjama & cheveux sales...

C'était notre dernière journée avec les enfants. Demain, nous commençons la semaine tous les deux et les journées seront différentes car nous allons faire quelques petits travaux à la maison. J'espère juste qu'on en aura assez à faire pour les prochains jours. C'est bien la première fois que vous m'entendez dire ça.

Dimanche 22 mars 2020

Je me suis endormie tôt hier soir et de ce fait, je me suis réveillée vers 6h passée ce matin (Ouiiiiiiiiinnnnn). La journée va être longue.
Cette nuit, j'ai même rêvé que je passais le week-end en Angleterre (Ouiiiiinnnnnn Ouiiiiiinnnn). Sûrement parce que Boris Johnson a décidé de fermer les pubs et que j'ai vu l'info passer ? Sûrement parce que je sais que ce n'est pas là d'arriver à nouveau.

Après avoir tournée presque 2h comme un chien mal installé dans son panier, je suis tirée du lit par le fils de Nico. Il veut "faire caca" (finalement, il ne le fera pas mais qu'importe, il fallait bien que je me résigne à sortir du lit un jour ou l'autre).

On prend le petit déjeuner tous les deux et enfin, je tente de faire la maîtresse vers 9h (bon, je sais, on est dimanche mais je ne m'en suis rendue compte après avoir commencé... J'ai décidé de ne rien dire). Même si je me trouve étonnamment pédagogue, l'envie d'ajouter du whisky à mon deuxième café me traverse l'esprit après une troisième leçon pour apprendre à compter.
Tout se termine bien, je n'ai tué personne et je n'ai pas cédé à la facilité de l'Irish Coffee. D'ailleurs, en reboirais-je un jour ? 
Le petit me propose de faire du coloriage. D'après ce que j'ai vu sur Instagram, ça détend, alors pourquoi pas ? 
Je ne pensais pas avoir un jour à colorier Bumblebee (il est très successful en ce moment dans notre foyer).

Vers midi, tout le monde se retrouve pour regarder Harry Potter. On commence par le premier, tant qu'à faire, on a LE TEMPS. En l'écrivant, je constate que je n'ai jamais commencé un film à midi. Midi, c'est l'heure où l'on mange et à la limite, celle où l'on commence à faire à manger. Le film vient généralement après. Qu'importe, on a LE TEMPS.

Comme je me suis levée tôt, je commence à avoir un peu faim.
13h08 : en préparant le repas, je termine en loucedé les 3 Babybel® restant, sans le moindre remord. C'est la guerre. 

Nico me rejoint dans la cuisine et là, c'est le drame : il me propose une bière. Et ON LA BOIT. 
L'heure de l'apéro avance de jour en jour, je commence à avoir peur de mal finir.
On passe à table, on quitte la table vers 15h, je file à la sieste.
Naturellement, je n'arrive pas à dormir.
Ce qui ne m'empêche pas de sortir du lit vers 16h45. ON A LE TEMPS HEIN...

Habituellement, j'apprécie énormément le dimanche. C'est toujours plaisant de ne rien faire quand on s'est activé la semaine et/ou qu'on a fait la fête la veille. Et je dois dire que l'oisiveté ne m'a jamais vraiment dérangée...
Pourtant, je suis envahie par un sentiment de culpabilité aujourd'hui. 
Je ne sais pas pourquoi mais je vis mal le fait de n'avoir rien fait. Pour palier à ce problème, je lance une machine, je descends refaire de la lessive maison (j'ai toujours suivi la recette de lessive maison du blog de Manon Lecor si jamais vous voulez vous lancer). J'entreprends aussi de trouver d'où viennent ces fourmis qui s'entêtent à élire domicile dans notre placard. Je vide tout, je nettoie, je regarde sur Internet comment les faire dégager sans pesticide et sans les tuer non plus. 
Au moins, ça m'a donné l'occasion de trier, nettoyer et ranger ce placard. La journée n'aura pas été inutile.

Ce kimono vient du Japon, il m'a été offert par mon père quand j'avais 15 ans et à l'heure actuelle, c'est l'un des plus beaux cadeaux qu'on m'ait fait. Et à droite, c'est ma pile de "pyjamas jolis à porter pendant le confinement" (il n'y a pas tout, je commence tout juste à trier).

Là, je me lance dans le tri de mes pyjamas. Je sais que cette partie de mon dressing est en train de connaître son heure de gloire. Je le sais car j'ai quitté mon pyjama ce matin pour aller me laver, et que j'ai aussitôt enfiler un autre pyjama. Je le sais car on nous dit dans l'oreillette que le confinement va encore durer 45 jours. Avec un couvre-feu. Avec des militaires. Avec des périmètres de sécurité. S'il le faut pour éviter un pic trop important de contaminations, je le ferais. Mais bordel, ça va être compliqué.

J'espère qu'on ne va pas tous s'entre-tuer, que vous n'allez pas taper vos enfants et que votre relation extra-conjugale va tenir (ah ah pardon ;)). N'oubliez pas qu'en cas de coup de mou, vous pouvez toujours appeler votre mère, ça fait du bien. Ou vous pouvez appeler la mienne si vous voulez, elle est très drôle.

Bonne chance à tous ♥

Manon