Ceux qui me suivent depuis longtemps connaissent déjà Mulder, le fils d'Izio, les deux Setters Anglais de mes parents. Pour les autres, vous pouvez les découvrir en cliquant ici : #IzioTheEnglishSetter et là : #MulderTheEnglishSetter


Mardi 28 avril 2020 

Bonjour à tous.
On ne dirait pas comme ça mais je suis contente de revenir ici ♥
Déjà, je vous présente mes excuses pour cette absence. Je suis un peu déçue car je m'étais fixée cet objectif de publier quotidiennement et j'ai horreur (vraiment) de ne pas tenir mes engagements. En plus de ça, vous étiez de plus en plus nombreux à me suivre, à me lire, certains partageaient mes articles et je vous remercie vraiment pour ça, du fond du cœur.
Mais voilà, j'ai eu un problème. Un gros problème qui m'a sapé le moral et qui m'a cassé dans mon élan et mes bonnes habitudes.
Je ne veux pas en parler ici maintenant car c'est encore le flou artistique mais j'ai eu un bouleversement dans ma vie (pour résumer).

En tout cas, je voulais vous retrouver, retrouver cet espace à moi où je peux m'exprimer librement et de façon si libératrice. Il fallait que je reviennent ici, pour retrouver un peu de bonne humeur et aussi, un lien "social" avec vous malgré les écrans interposés.

Et comme je suis de ces personnes qui préfèrent retenir le positif pour avancer (quitte à passer pour une bonne poire aux yeux de certains)(grand bien leur fasse), j'ai envie de vous parler des belles choses qui me sont arrivées ces 13 derniers jours (et aussi de quelques mésaventures).

Les cours d'italien avec l'application Duolingo


J'ai tellement avancé dans les cours que j'ai été classée 2ème dans la catégorie "gold" (3ème rang d’apprentissage sur 10). Même si je ne sais pas trop comment fonctionne le classement, je crois voir qu'il est mondial puisqu'il y avait une russe avec qui je disputais la deuxième place ce jour-là. 
Toujours est-il que ça commençait à devenir très difficile car je travaillais sur les prépositions il y a encore 3 jours (de, depuis, chez, vers, dans, ...) et c'est un vrai bordel, ni plus, ni moins. Mon père m'a dit de m'accrocher car il ne faut surtout pas baisser les bras quand ça devient difficile, même si on est tenté de faire autre chose de plus plaisant à la place (il a raison). Finalement, j'ai bouclé la leçon et les cours sont si bien faits que j'ai réussi à enregistrer la plupart des prépositions essentielles. 

Les parfums


Je suis en train de créer une troisième fragrance, plus épicée cette-fois (sans tomber dans quelque chose de lourd, sucré et capiteux qui ferait mal à la tête). Le mélange que j'avais en tête est en bouteille, on verra ce que ça donne dans un mois. Je suis aussi en train de réfléchir à une stratégie pour les commercialiser car mon esthéticienne m'avait proposé de les mettre chez elle en dépôt-vente (sous réserve que ça lui plaise évidemment) et ça a forcément amené des interrogations : Comment vendre des odeurs sur Internet ? Comment faire la différence avec les marques existantes ? Comment produire en plus grande quantité le jour où ce sera nécessaire ? Quelles sont les règles d'hygiène indispensables à appliquer quand on fabrique des cosmétiques ? Etc.
Je me dis que si je me pose ces questions, c'est parce que l'idée d'en faire une activité (principale ou secondaire, on verra) me plairait beaucoup. Mais ça, on verra plus tard hein !


Les rêves


Je ne sais pas pour vous, et je ne sais pas si j'ai déjà eu l'occasion de vous en parler mais je me rappelle très facilement de mes rêves, qui sont généralement originaux. Parfois angoissants, parfois réalistes, parfois drôles, je me dis toujours que je devrais les noter. Il paraît que ça fait travailler la mémoire et de toute façon, en grande adepte de l'écriture de "thérapie", ça ne pourrait pas me faire de mal. En tout cas, j'en ai fait un intéressant le 24 avril et je vous le partage ici : 
Nous étions dans la maison de mon père et sa femme, l'ancienne qu'ils avaient à Outreau et où j'ai vécu pendant 12 ans. Nous étions à table, avec des amis de mes parents et de la famille. Lors d'une conversation, Sophie (une des meilleures amies de mes parents dans la vie), nous raconte une anecdote : "Une des amies de ma fille s'est faite tuer dans le métro par l'armée, alors qu'elle rentrait chez elle avec une copine. Regarde, voici la vidéo !" (et on peut effectivement voir la fusillade, perpétrée par une rame de métro militaire qui ressemblait à un char, mais circulant sur les rails). En voyant cette vidéo, on se dit tous que c'est complètement dingue de tuer des civiles comme ça sans raison... Et d'ailleurs, c'est quoi la raison de cette fusillade ? Car sur la vidéo, il ne s'agissait que de deux jeunes femmes qui rentraient chez elle dans la nuit, un peu beurrées et bruyantes mais pas méchantes. Et Sophie nous dit "Oui c'est sûr... Enfin moi, les nuisances sonores, je peux comprendre que ce soit pesant hein !"
Et ma tante Anne, lui sort d'un ton très calme "Oh non Sophie, je ne suis pas d'accord", de façon aussi courtoise et respectueuse qu'elle le fait d'habitude lorsqu'on parle en repas de famille.
Et là, je me suis réveillée, avec un sourire. Ça ne veut peut-être rien dire pour vous mais de mon côté, ça a un sens.
Je me suis dit, malgré cette scène horrible de fusillade qui pourrait en choquer plus d'un, c'est quelque chose qu'on voit couramment à la TV (les conflits, les violences policières, les violences faites aux femmes qui rentrent chez elles et dont le seul le malheur est d'avoir une jupe un peu trop courte et surtout, d'avoir croisé la mauvaise personne, ...) mais ce que je retiens par dessus tout de ce rêve, c'est l'envie profonde d'une réunion avec les gens que j'aime, avec qui je passe toujours de bons moments, dans un lieu rassurant.
Cette maison, mes parents l'ont quittées en 2013 pour aller vivre à côté de Limoges, une fois que mes frères et moi étions partis. Ils ont actuellement une maison géniale, superbe et accueillante comme l'ancienne, mais comme je n'y ai jamais vécu, ce n'est pas chez moi. Mon cerveau a volontairement choisi un lieu que j'ai connu, où je me sentais chez moi, avec des gens qui ne m'ont jamais fait le moindre mal. Je pense que, comme la plupart des gens, ce confinement a eu pour effet de faire un véritable tri dans ma vie, de soulever les bonnes questions, de décrypter ce qui était important et de quoi on pouvait largement se passer. Ce qui est évident, c'est que ces personnes comptent pour moi et qu'elles me manquent.

La santé


Comme je vous le disais en début d'article, j'ai eu une grosse baisse de moral... Je suis donc allée voir ma mère, en excluant les bisous et les câlins mais en me rattrapant sur les deux chiens, puisqu'ils ne sont pas concernés par le COVID-19 eux ! Et naturellement, ça m'a fait beaucoup de bien (message à tous les gens qui se sentent seuls : si vous le pouvez, prenez un chien ♥).
En parallèle, j'avais les oreilles bouchées depuis un bail, je commençais à entendre très mal (je parlais fort et je faisais répéter souvent) et malgré le fait que j'avais remis à plus tard mon RDV chez l'ORL, j'ai craqué et j'y suis allée. Heureusement que j'ai fait ça car je me sens beaucoup mieux et libérée (délivrééééééeeeee). Surtout, ne négligez jamais vos oreilles !
Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, je vous ai parlé de problèmes de sommeil. Je ne pense pas que ce soit critique mais c'est à surveiller pour ne pas que ça le devienne. Voici le lien de mon post Facebook et Instagram, afin que vous puissiez trouver les conseils qu'on m'a donnés et peut-être, trouver des réponses à vos problèmes de sommeil. De mon côté, je vais tester ce qu'on me recommande et aussi, gérer ma baisse de moral. Si le problème de sommeil persiste et que je suis amenée à tester plusieurs de vos conseils, je vous écrirais un article "bilan" dans quelques temps car le sujet a l'air de vous intéresser.


Je vous laisse avec les photos de ces deux adorables specimens ♥
De mon côté, je fais le maximum pour reprendre du service car déjà, ça me manque et en plus, ça me fait du bien d'écrire ici. Promis, je tente d'être plus drôle au prochain épisode !

Je vous souhaite une très bonne soirée, prenez soin de vous !

Manon